CONSTRUIRE UN PARTI OUVRIER POUR UN GOUVERNEMENT OUVRIER

La population et les travailleurs n’en peuvent plus !

Le pays s’enfonce dans une crise généralisée

Il faut en finir avec le régime de la 5° République !

                Le capital financier contrôle l’Etat et les gouvernements qui se succèdent, de droite et de gauche. Mais les travailleurs sont la majorité du peuple ; ils produisent les richesses dont disposent les capitalistes. Nous sommes favorables à un gouvernement des travailleurs prenant les mesures d’urgence dont a besoin la population. Tous les travailleurs de Côte d’Or peuvent en mesurer la nécessité :

  • Abrogation de la loi El Khomry : Alors que le chômage explose, nous avons manifesté par milliers, comme dans toute la France, contre une loi qui détruit le Code du Travail, une loi dont M. Rebsamen, ancien ministre du travail, fut le précurseur fâcheux avec sa loi du 15 août 2015. Le POID combat pour l’interdiction des licenciements et des délocalisations.
  • Retour à la Sécurité Sociale de 1945. Abrogation de la loi Touraine : La fermeture des accueils de l’Assurance Maladie dans l’agglomération dijonnaise soulève la colère de la population, comme c’est le cas à Chenôve. En dix ans la Sécurité Sociale a perdu 20 000 postes. La loi Touraine supprime des milliers de postes hospitaliers et de lits, ferme des hôpitaux et des services, diminue les droits des assurés.
  • Pour une Ecole qui instruise ! Aucun poste nouveau en Côte d’Or pour la rentrée 2017. Une manne financière pour les écoles privées. L’instruction des enfants est saccagée par une avalanche de mesures dirigées contre l’Ecole publique.
  • Restaurer la démocratie communale. Non à la « métropole »dijonnaise ! Depuis le 26 février, Dijon est officiellement « métropole », selon le projet porté par M. Rebsamen. Les compétences des communes et du département sont aspirées par le centre. En zone rurale l’intercommunalité forcée produit les mêmes effets : plus de démocratie de proximité, mais davantage d’impôts et moins de services publics locaux. La mobilisation des citoyens de La Plaine Dijonnaise traduit une révolte qui gronde dans tout le département. Le POID combat pour l’abrogation des lois NOTRe et MAPAM.

Pour le retour à la nationalisation des services publics !

Les gouvernements successifs ont privatisé à tour de bras tous les services publics sous la tutelle de l’Union européenne, tandis que les spéculateurs financiers se gavent sur le budget de l’Etat au nom du « service de la dette » !

Ces mêmes services publics, bâtis par nos aînés, sont en voie de disparition si le peuple n’y met pas rapidement bon ordre. Cette année, dans le « Grand Dijon », 6 guichets de poste sont en voie de fermeture. La direction de la Poste veut en fermer 3000 en France cette année. Dans le département, des lignes de TER sont menacées ; la suppression « expérimentale » des contrôleurs met les voyageurs en danger.

Le POID combat pour la renationalisation de tous les services publics, à commencer par La Poste, la SNCF et EDF-GDF. Il combat pour mettre fin à la dictature financière des spéculateurs de la dette publique, pour la nationalisation des banques.

Rendre la parole au peuple dans une assemblée constituante

Les gouvernements successifs, de droite et de gauche, ne cessent d’obéir aux directives de la Commission européenne et du capital financier contre lesquels se dressent les peuples d’Europe.

C’est ainsi que l’Etat français est engagé avec l’OTAN et l’Union européenne dans 14 pays du monde. Le POID se prononce pour la suppression du budget militaire d’intervention et le retrait des troupes d’occupation.

Les candidats du POID estiment qu’il n’y a qu’un moyen de bloquer la marche à la décomposition et au chaos : Le peuple doit être souverain et mandater ses délégués dans une assemblée constituante souveraine.

Seule une assemblée constituante souveraine peut ouvrir la voie à un gouvernement des travailleurs prenant les mesures d’urgence. Sous le contrôle d’une assemblée élue et révocable, qui n’aura au-dessus d’elle ni pouvoir supranational, ni monarque présidentiel. Un tel gouvernement, agissant sur mandat de la Constituante, sera en mesure de prendre les mesures d’urgence, pour la sauvegarde de la population laborieuse.