MACRON VEUT DÉTRUIRE LA SÉCURITÉ SOCIALE : COMMENT L’EN EMPÊCHER ? PAR L’UNITÉ OUVRIÈRE !

Législatives Chenôve 2

Lettre de Dominique GROS et Claudie MONNOT, candidats du POID 3° circoncription

Vous êtes 508 assurés et employés de la Sécurité Sociale à avoir signé et fait signer l’appel lancé par le comité de Chenôve du Parti Ouvrier Indépendant Démocratique :

  • réouverture de l’accueil du centre d’Assurance Maladie de Chenôve fermé depuis le 2 janvier
  • maintien de tous les centres d’Assurance Maladie de Chenôve et de l’agglomération dijonnaise, avec les personnels nécessaires.

Vous n’avez pas accepté le « c’est trop tard » de M. Falconnet, maire de Chenôve, qui a oublié d’informer la population de cette fermeture qui lui avait été communiquée dès juillet dernier.

Vous vous êtes prononcés pour l’unité de tous, élus municipaux et départementaux avec les assurés, les personnels de la CPAM et les organisations syndicales pour obtenir la réouverture de cet accueil qui recevait chaque jour plus de cent assurés. Mme Kheira Bouziane, députée de la circonscription, est intervenue dans ce sens auprès de la  Directrice de la CPAM de Côte d’Or et de la Secrétaire d’État à la politique de la ville.

Nous venons d’apprendre que dans le cadre de la construction d’un nouveau siège de la CPAM, prévu au 1er trimestre 2018 dans le quartier Clémenceau, les locaux du centre d ’assurance maladie de Chenove étaient déjà vendus. Vendus également les locaux de la CPAM rue du Dr Maret et du centre d’assurance maladie des Grésilles. Faut il renoncer à exiger la réouverture des accueils et des centres d’ assurance maladie que nous jugeons indispensables ? Nous pensons que NON.

M. Macron , nouveau monarque sans couronne de la 5ème République, n’a aucune légitimité, pourtant il a tenu à réaffirmer qu’il allait immédiatement s’attaquer à la Sécurité Sociale et au code du travail. Son programme précise qu’il veut supprimer les cotisations de l ‘assurance maladie qu’il fera financer par une hausse de la CSG .

Supprimer les cotisations sociales, (qui sont la partie de leur salaire que les salariés ne perçoivent pas pour la verser à la Sécurité Sociale, afin de se protéger mutuellement contre les aléas de la vie) c’est liquider le principe de la Sécu de 1945, c’est le droit au remboursement qui est menacé et la voie ouverte aux assurances privées.

Pour faire échouer cette nouvelle offensive de destruction de la Sécurité Sociale ne faut-il pas formuler clairement et simplement : La Sécu elle est à nous : Pas touche au salaire différé , Non à la suppression des cotisations sociales !
C’est le point de départ de la mobilisation unie des travailleurs et des organisations qui dans un même mouvement permettra de reconquérir la Sécu de 1945 et la réouverture des accueils et des centres d’assurance maladie supprimés .

Au gouvernement Macron, gouvernement capitaliste qui veut aggraver la casse de la Sécurité Sociale, du code du travail, des services d’hopitaux et des services publics nous opposons le combat pour un gouvernement ouvrier, qui, rompant avec la 5ème République et l’Union Européenne, n’hésiterait pas à prendre les mesures d’urgence qu’appelle la défense des droits de l’immense majorité contre la minorité des spéculateurs .

Dans la situation difficile à laquelle les travailleurs et les jeunes sont confrontés nous sommes candidats pour construire un parti ouvrier au service de la classe ouvrière pour aider à se grouper afin de reconquérir nos droits.

Venez en discuter et débattre le mardi 23 mai à 19h Salle municipale, 5 place Laprévote (vieux Chenôve)

contactez nous : comité POID Chenôve, 50 avenue du 14 juillet 21300 Chenôve